Aller au contenu

Scratch Building De L'emo


Invité BEL32

Recommended Posts

voilà, le fiston et moi nous lançons dans la construction de l'EMO, un IOM autralien. Plans récents dessinés par Frank Russell, disponibles gratuitement sur le le site http://www.hotkey.net.au/~frussell/Plans.htm . Aucune idée de ce que vaut le bateau, qui ne risque rien n'a rien ! Voilà la bête. Commentaires ?

4128461373_515987df63.jpg

Les couples ont été découpés dans du CTP de 4 mm, collés à des tasseaux, le tout monté sur une planche de travail. Les couples ont été "diminués" de 2 mm bien qu'il était prévu de latter avec du balsa de 3 mm. Comme un mauvais pressentiment que nous allions devoir poncer un max ;) !

4143999503_2567789de6.jpg4144772634_50f4fc3096.jpg4144785938_8cb5e2ee19.jpg

On a commencé à border (7 mm) par la lisse de pont pour ensuite passer à la quille comme brillamment détaillé sur http://navi.modelisme.com/article224.html .

Ah, j'oubliais, nous sommes novices, on compte sur le forum pour nous aider à résoudre tous les problèmes qui ne manqueront pas de se présenter.

--Message edité par lesnicolas le 2009-12-03 22:15:03--

donibane

Messages postés : 3

Posté le 24/11/2009 20:22:09

Bel ouvrage pour des débutants.

Mais attention à la qualité du plan : avec un tirage via l'imprimante du micro, le risque est une erreur d'échelle.

Sur les feuilles des couples, il n'y a pas d'échelle de référence.

Donc on risque de travailler avec des dimensions inexactes.

Je me permets de faire cette remarque au vu de mon expérience passée.

Sur le plan du Triple Crown téléchargeable, le tirage était trop petit. Heureusement, il y avait une échelle de référence et après passage sur une photocopieuse avec zoom, tout rentrait dans l'ordre.

FRD

Messages postés : 1

Posté le 24/11/2009 22:46:31

The Grid on the Section Plans is 10mm x 10mm, so the scale is easy to check.

Frank Russell

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 25/11/2009 14:24:48

merci donibane pour le conseil, on a eu le problème de tirage trop petit mais nous l'avons vu (grâce à la règle dans WORD) avant de commencer et avons réussi à récupérer les bonnes dimensions

Le plan (profil et safran/quille) donne des échelles. Frank Russell précise que les carrés dessinés sur les couples font 1x1 cm. Donc, no problemo. Il ajoutera néanmoins une échelle de référence sur les plans de couples !

--Message edité par lesnicolas le 2009-11-26 18:41:11--

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 03/12/2009 23:03:03

On reprend les hostilités. Enfin fini de border, on a les doigts pleins de cyano-Zap-machin! Les lattes ont été collées entre elles (champ contre champ) ainsi qu'aux couples.

Suivi d'un ponçage de la mort qui tue au papier de verre 3M grain 100. La coque a été ensuite enduite d'un genre de filler (Model Lite) qui a été appliqué à l'éponge. Les plus grosses fissures ont ainsi été comblées. Par autant que nous qui voyons enfin ce qui commence à ressembler à un bateau ... ;)

4144794576_f00d7587ba.jpg

Re-ponçage, au papier 100 puis 180. Les plus gros défauts ont été repérés et marqués au crayon (les cercles sur la photo ci-dessous). On a ensuite enduit avec de l'époxy additioné de microballon (epoxy/durcisseur/microballon 3:1:1.5).

Après sèchage complet, re-ponçage puis re-enduit puis re-ponçage cette fois 100, 180 et 400.

4145159870_79cf75b48e.jpg

La coque a été enlevée de la planche de travail pour faciliter le ponçage suivant. Eh oui, on ne fait que poncer dans cette histoire ! S'en suit une fine couche de couleur blanche en bombe. Le but étant de repérer plus facilement les derniers défauts à rectifier.

4155709395_d552ab4385.jpg

On devrait pouvoir gel-coater d'ici peu. Ah oui, la décision été prise de passer par un moule. Comme une curieuse sensation que l'on sera heureux de disposer d'une deuxième coque de rechange ;) ...

Quelqu'un peut-il me dire si le rebord que certains ajoutent aux moules (les "flanges" en anglais) est indispensable. Si oui, comment et quand l'ajoute-t-on ? Aussi, est-il indispensable ou souhaitable d'ajouter du PVA à la cire de démoulage ?

Au rayon "si-c'était-à-refaire":

- c'était pas malin de coller les lattes aux couples ! On ne pourra pas utiliser la coque en bois comme point de départ à la construction du mannequin de pont

- la rehausse des couples (distance entre la lisse de pont et la planche de travail) est un peu juste ce qui rend le ponçage difficile du côté de l'étrave

- ...nous habiterions aux Bahamas. La température de l'atelier est basse, la polymérisation de l'époxy est du coup un peu laborieuse.

A +

--Message edité par lesnicolas le 2009-12-04 19:45:02--

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 06/12/2009 17:47:54

Les jours se suivent et se ressemblent. La coque a été re-re-re-re-reponcée. La couleur blanche reste dans les creux (photo). Il n'y a plus qu'à reponcer. Couche finale de couleur blanche. On en restera là.

4162719937_c1eaac10e0.jpg

Copieuse application de cire liquide de démoulage au pinceau. Après 15 min de séchage, on lustre au chiffon. Puis on recommence, six fois en tout. J'ai lu quelque part qu'il ne fallait pas cirer sous 17°C. Du coup, on a monopolisé tous les radiateurs d'appoint de la maison et fait fondre quelques fusibles. :wacko:

4163482516_ee48b20e2b.jpg

Entre les séances de frot-frot-frot, découpe de la fibre de verre (mat 300 g/m2) à l'aide d'un gabarit de papier qui reprend la moitié de la coque. On a prévu 4 couches de mat, donc 8 découpes au total.

4163484372_e74351c07d.jpg

Voilà, cela brille et la fibre de verre est découpée. Fin des transmissions pour aujourd'hui.

eric 110

Messages postés : 2670

A bon chat bon rat

Posté le 06/12/2009 21:40:59

Citation :

lesnicolas a dit :

Les jours se suivent et se ressemblent. La coque a été re-re-re-re-reponcée. La couleur blanche reste dans les creux (photo). Il n'y a plus qu'à reponcer. Couche finale de couleur blanche. On en restera là.

Copieuse application de cire liquide de démoulage au pinceau. Après 15 min de séchage, on lustre au chiffon. Puis on recommence, six fois en tout. J'ai lu quelque part qu'il ne fallait pas cirer sous 17°C. Du coup, on a monopolisé tous les radiateurs d'appoint de la maison et fait fondre quelques fusibles.

Entre les séances de frot-frot-frot, découpe de la fibre de verre (mat 300 g/m2) à l'aide d'un gabarit de papier qui reprend la moitié de la coque. On a prévu 4 couches de mat, donc 8 découpes au total.

Voilà, cela brille et la fibre de verre est découpée. Fin des transmissions pour aujourd'hui.

Cent fois sur le métier remettez...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 89
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

  • olivierFRA100

    11

  • joseph

    8

  • Rawouete

    8

Eric de Ligondès

golem13

Messages postés : 71

Posté le 07/12/2009 12:32:45

Quelle est la méthode que vous allez utiliser pour les extrémités du moule ???

Je ne voie pas de plan verticale pour strater un moule ouvert au moins a une extrémité sinon gars au démoulage.....

non seulement du moule mais aussi de la coque définitive....

ps : voir l'album photo de mon blog

--Message edité par golem13 le 2009-12-07 12:37:03--

BEL32

Messages postés : 28

Quand on veut, on peut

Posté le 07/12/2009 18:09:04

Je ne comprends pas vraiment votre question. Notre moule ne sera pas fermé de chaque côtés

Constructeur de l'EMO

Propriétaire d'un Korigan

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 13/12/2009 16:56:37

Rien n'arrêtera lesnicolas!

Sur un forum concurrent, des australiens ont définitivement enterré l'EMO, lui prédisant une belle aptitude à jouer les sous-marins par vent arrière. Voir le post http://forum.aceboard.net/74155-632-15189-0-votre-avis.htm . Qu'à cela ne tienne, on trouvera une solution en modifiant le pont.

On a profité que la maîtresse de maison faisait ses courses de Noël pour lui piquer sa balance de cuisine et empester toute la maison...

Le gel coat a été additionné de 10% de colorant bleu, puis de 1.5% de durcisseur. On l'a appliqué en deux couches de 200 g. Le fond blanc de la coque a pas mal aidé, permettant de mieux visualiser les zones moins chargées en gelcoat.

4180972621_97178cb262.jpg

Dès que la deuxième couche "gelifiée" (càd collante mais ne laissant rien sur les doigts), application de la première couche de fibre de verre (mat 300 G). Et c'est là que l'histoire s'est sérieusement compliquée. Cela coule, fait des fils, colle, pue, se décolle, pour coller au pull, chauffe, se durcit, pue vraiment très fort... bref bcq plus compliqué que prévu pour les novices que nous sommes ! On a appliqué environ 100 g de résine par coupe de fibre (soit 50:50 par rapport au poids de tissus). Après deux couches, on s'est retrouvé à sec de durcisseur ! Zarbi, on en avait en théorie assez pour aller jusqu'au bout. Blues.

On a des doutes sur la qualité du travail de stratification accompli jusque là. Décision est prise de laisser sécher, de démouler, et de faire le point. A quoi bon aller plus loin, si cela ne ressemble à rien.

4181743636_fb1f21828f.jpg

Le lendemain, on ébarde à l'aide d'une miniperceuse munie d'un disque à tronçonner. Puis.....miracle, non seulement les mouleurs-démoulent-le-moule sans peine mais en plus le moule est nickel. Lisse comme la peau d'un bébé! Juste quelques traces de couleur blanche. Notre paranoïa n'était pas justifiée. On repositionne le moule sur la coque en bois. Reste à aller acheter un supplément de durcisseur pour poursuivre nos aventures.

4181730206_562880e23d.jpg

Si c'était à refaire: "Egaliser" le gelcoat! Le notre a été appliqué très grossièrement, laissant des creux et des bosses sur sa face extérieure, ce qui a compliqué la stratification et entraîné une surconsommation de résine. Mesurer le durcisseur à la seringue plutôt que d'utiliser une balance de cuisine peu précise dans le range du gr. Découper un max de traits de pince sur votre tissus, cela vous permettra de mieux ajuster le tissu à la coque convexe et éviter les plis. Démarrer tôt pour gelcoater et appliquer toutes vos couches de tissu en une fois! Faites vous la main sur un "petit truc" d'abord ! La résine et la fibre de verre sont difficiles à manipuler pour les non-initiés.

A + lesnicolas

--Message edité par lesnicolas le 2009-12-13 16:58:22--

eric 110

Messages postés : 2670

A bon chat bon rat

Posté le 13/12/2009 19:48:35

Citation :

lesnicolas a dit :

Rien n'arrêtera lesnicolas

C'est pas évident d'avoir le mental pour aller au bout

Eric de Ligondès

Mikael

Messages postés : 3

Posté le 14/12/2009 07:19:52

Bonjour a tous.

A la lecture de ce post, je me permet d'apporter quelques conseils (peut-etre un peu tard ):

Le mat est beaucoup plus gourmand en resine que le roving. Il faut compter en gros 2 fois le poids de la fibre. Si ca colle et que ca fait des plis, c'est que le mat n'est pas suffisamment impregne, ce que la photo du detourage laisse suggerer. L'ideal pour un moule de cette taille est l'utilisation d'un rouleau genre patte de lapin pour impregner le mat, puis ebuller la strate afin d'en eliminer les bulles d'air. Si vous envisagez d'utiliser du roving, il est necessaire d'inserer un mat entre chaque tissu afin d'eviter les risques de delaminage. Petite astuce; si vous impregez un mat et un roving simulatanement sur une table, la pose de l'ensemble sur le moule sera tres facile, les fibres ainsi impregnees suivront les courbes toutes seules.

Passer toute la strate d'un coup n'est pas recommande, l'effet de masse creant une reaction exothermique qui aura pour effet de marquer le moule, et si vraiment ca chauffe fort, peut occasionner un debut d'incendie.

Le detourage peut etre beaucoup plus facile en pratiquant une "coupe en gel", c'est a dire en coupant au cutter ce qui depasse lorsque la strate commence a durcir, au moment ou elle est un peu "carton".

Dernier point ; avant d'envoyer la prochaine strate, n'oubliez pas de deglasser votre moule au papier de verre, grain 60 ou 80, afin d'avoir une accroche mecanique entre les fibre.

Bonne strate!

Mikael

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BEL32

Messages postés : 28

Quand on veut, on peut

Posté le 14/12/2009 17:19:23

Citation :

lesnicolas à dit:

Rien n'arrêtera lesnicolas!

Sur un forum concurrent, des australiens ont définitivement enterré l'EMO, lui prédisant une belle aptitude à jouer les sous-marins par vent arrière. Voir le post http://forum.aceboard.net/74155-632-15189-0-votre-avis.htm . Qu'à cela ne tienne, on trouvera une solution en modifiant le pont.

Une solution serait le "nose dive pretender": http://www.iom-nordic.org/index.php?option=com_content&task=view&id=470&Itemid=165

quelqu'un l'à t'il essayé? Est-ce qu'il serait utile?

Constructeur de l'EMO

Propriétaire d'un Korigan

OlivierFRA100

Modérateur

Messages postés : 3964

de Nantes RLVM Sans Korrigan,

tu peux être devant !

Posté le 14/12/2009 17:21:42

Il faut demander au Père Noel...

Olivier

Asso ligue des Pays de la Loire (07)

Délégué VRC ligue 7

CRO PIKANTO

charlyrider1990

Messages postés : 21

Posté le 14/12/2009 17:52:36

J'ai vu un montage de la sorte sur le premier prao atlantique conçu (Cheers) en grandeur.

Le problème, dixit le concepteur de l'époque, était qu'il rend l'enfournement plus violent, lors que l'eau passe au-dessus du système.

En effet, si tu regardes le schéma que tu mets en lien, lors que l'eau passe au dessus du pont c'est tout de suite un très grand volume.

Cordialement,

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 21/12/2009 21:18:04

Merci à Mikael et Golem13 pour leurs précieux conseils ! Ils nous ont bien été utiles pour finir ce fichu moule! :P

Déglaçage au papier de verre puis ajout des deux dernières couches de mat. Une nuit de repos puis démoulage et ébarbage du pourtour à la miniperceuse munie du disque à tronçonner.

Avec ses 4 couches de fibre de verre et son paquet de résine, le moule me semble suffisamment rigide. On s'est donc contenté d'ajouter seulement deux renforts, dessinés au départ des couples du mannequin. Fixation au moule via mat + joints congés. Un coup de niveau pour se rassurer et zou!

4204238712_8946f4f19e.jpg

Vient ensuite l'ajout d'un "bord" au moule. Je ne m'étendrai pas sur cette malheureuse étape et son cortège de gros mots. Comprenez par là que l'on a pas mal m****...tâtonné. :angry:

Voici le moule "brut de décoffrage". Quelques petits problèmes de charge de gelcoat sur le pourtour, rien qui prêtera à conséquence pour la suite.

Plus d'un mois, juste pour avoir un moule. Sans parler de ce que cela a déjà couté. On garde le moral. Au programme du réveillon de Noël, de la quille à la fibre de carbone, accompagnée de sa mousse d'époxy, le tout servi sous vide. :D

4203482257_4a67090ff9.jpg

--Message edité par lesnicolas le 2009-12-22 08:06:01--

golem13

Messages postés : 71

Posté le 21/12/2009 22:45:37

Beau travail !! ;)

Courage, cela ce présente bien...

Attention a bien préparer le moule a la cire, le démoulage reste une étape critique si la coque adhère au moule cela mettrai tout votre travail a la poubelle cela arrive même aux professionnels...

Quelle technique allez vous mettre en place pour vos appendices ?

Fibre sur deux demi moule sous vide ?

Noyau chapé au profil + fibre sous vide ?

j'ai fait deux postes qui vous seront peut etre utile

http://74155.aceboard.fr/74155-632-14663-0-Fabrication-moule-derive.htm

http://74155.aceboard.fr/74155-632-14641-0-Montage-puis-derive-tube-jaumiere-coque.htm

PS: donnez moi votre Email en message privé...j'ai un truc pour vous

eric 110

Messages postés : 2670

A bon chat bon rat

Posté le 22/12/2009 12:28:52

Tout cela explique pourquoi les professionnels demandent un certain prix pour leurs productions.

Ils sont obligés de compter leurs heures.

Eric de Ligondès

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 31/12/2009 15:35:15

Merci à Frank Russell, à Nicolas, et à tous les autres pour leur support.

Bon, il n'y a pas que le foie gras, retour à l'atelier ! On s'attaque à la dérive. Une bonne occasion de s'essayer à la stratification sous vide que l'on compte appliquer plus tard à la coque.

On respectera le profil du plan: 6% d'allongement, 6 mm d'épaisseur max, 10 cm de largeur au dessus, 6 en dessous, 33 cm de long. Cela devrait le faire, non?

Des profils "gabarit" sont découpés dans une plaque d'aluminium, puis collés sur la tranche de planchettes de balsa (3 mm). On s'est dit que ces profils aideraient à un ponçage plus précis. La partie destinée à "rentrer dans le puit de dérive" a été collée par la suite au cyano (planchette de 3mm). Nous voilà avec nos deux demi-dérives!

4230503771_aa8d16a321.jpg

4230504095_8f2277518e.jpg

Ensuite, air connu! Enduit résine époxy additionnée de microballon; après sèchage complet spray couleur blanche; reponçage; re-enduit et reponçage. L'idée étant que la couleur aide à repérer les zones en creux et que l'on recommence le jeu jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à repérer !

4231271532_6818dc99db.jpg

Les deux demi-dérives ont été collées au double-face sur une plaque plexi. Cirage à la cire liquide, six fois. Gelcoating généreux, puis trois couches de mat 300 g/m2. Comme quoi Noël ne sent pas toujours que le sapin... :wacko:

Découpe à la miniperceuse-disque à tronçonner.

4231272446_47b78d8778.jpg

4230506353_9cc0047de2.jpg

Les deux demi-moules ont ensuite été poncés au papier 400 (à l'eau) puis abondamment cirés. Mise en place de trois couches de carbone unidirectionnel par demi-moule, 200 g/m2, pré-imprégnées hors moule. Comme on s'orientait vers une option stratification sous vide, on n'a pas été regardant sur la quantité de résine. Prochaine fois, on fera plus attention et on pèsera ! Le tissu de carbone a été découpé de façon à déborder légèrement (voir photo).

On a ajouté sur la dernière couche de carbone une feuille de papier plastique microperforé (type emballage de baguette pain français, chic et pas cher), puis deux couches de tissu type filtre pour hotte aspirante (chic et pas cher). Le tout a été placé entre deux feuilles de plastique type bâche de chantier de chez Castorama (chic et pas cher). A ce stade, les photos sont plus parlantes. Joint de silicone puis raccordement à une pompe à vide de récup (chic et pas cher).

On enclenche puis brrrrrrrrrrrrrr, nous voilà partis pour des heures bercés par le doux ronronnement de la pompe. Dingue la quantité de résine excédentaire rapidement pompée par le tissu absorbant.

C'est là que votre épouse vous rappelle que la soirée du 31 décembre est traditionnellement réservée à autre chose que de l'époxy, du carbone, sans parler du vide qui va avec......BONNES FETES. :D

4231273830_a8585ba4fc.jpg

4231274496_d2e09529e8.jpg

4230508973_cee59ab3ff.jpg

--Message edité par lesnicolas le 2010-01-01 11:46:43--

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

golem13

Messages postés : 71

Posté le 01/01/2010 21:38:19

Epoustouflant pour des débutants, bravo

cela en aidera plus d'un, une mine d'astuces

Deux petites choses qui m'interpellent :

le profil ne me parait pas tres "fameux" d'apres la photo

la planéité du voile de quille une foi assemblée (twist et flex)????

Dernière question : au niveau budget ou en êtes vous ?

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 03/01/2010 14:37:11

Démoulage et ... voilà la vraie magie de Noël:

4239862237_c2e0fe9ebe.jpg

Pour être sincère, la "magie de Noël" a nécessité un ébarbage et un coup de papier de verre. 67 grammes sur la balance, soit pile-poil le carbone et un poids identique de résine. Tout cela est très bien, très beau, très "qui-brille-tout-plein", mais pas rigide pour un sous! On met quoi entre les deux demi-dérives?

On s'est essayé à la mousse époxy, pour se planter lamentablement et tout saloper :( . Grattage de cette #*@#§ mousse et reprise à zéro.

Les demi-dérives ont été replacées dans les moules préalablement cirés. Addition de résine époxy-microballon pour atteindre le bord du moule, puis addition d'un couche de carbone préimprégnée (positionnée à 45° par rapport aux couches extérieures). Le tout pris en sandwich entre deux planches et une nuit sur le radiateur du salon !

4239869579_0547a8a535.jpg

Ébarbage puis ponçage. On a collé une feuille de papier de verre directement sur le plan de travail (au double-face). Plus pratique qu'une cale de ponçage (voir photo). Aussi, on y passe régulièrement un coup d'aspiro, c'est magique! Ce truc va nous permettre de freiner notre consommation exponentielle de papier gratte-gratte.

Les deux demi-dérives ont été collées ensemble à la résine époxy, après avoir intercalé entre les deux une dernière couche de carbone préimprégnée. C'est que Golem13 nous a fait flipper avec son flex bidule ;) ! Le tout est monté sur une planche de travail et hop, re-radiateur du salon.

4239864875_b013972ba1.jpg

Ébarbage. Je ne sais pas trop ce que Golem13 a voulu dire avec le profil. Quoi qu'il en soit, il est décidé de "dégraisser" un peu les bords d'attaque et de fuite. Cela explique leur triste mine sur la photo. Cela disparaitra à la finition.

4239866007_a50bc71245.jpg

Voilà! Bilan:

- Remise à dimension, la dérive devrait tourner vers les 150 gr. En gros dans la norme.

- Au total 9 couches de carbone 200 gm2 dont 3 internes. Rigide de chez rigide ! Et impossible à tordre.

- Avec les extra-couches de dernières minutes, on en est à 7 mm d'épaisseur max (au niveau de la jonction avec la coque).

- C'est vrai que l'on pourrait continuer à "dégraisser" pour rendre le profil plus acéré. Mais alors on va commencer à mordre dans le carbone. CONSEILS ? :huh:

- Des heures et des heures de travail, à manipuler des fibres hyper-coupantes, dans les effluves de résines toxiques, les nuages de poussière d'époxy et de carbone, et le doux fumet de l'acétone. Sans aucun doute, à 150 euros la dérive, vous seriez débile de ne pas l'acheter!

Cela nous amène à la question du budget. Difficile à dire. Deux visites au magasin résine & Cie pour un montant total de 100 euros engagés jusqu'à présent. J'y ajouterais une autre centaine d'euros de balsa, acétone, papier de verre, bâche plastique, filtre pour hotte, spray de peinture, lames de cutter, etc. En fait, il n'y a pas que le consommable. En effet, il a aussi fallu acheter une scie à chantourner, des disques à tronçonner pour miniperceuse Dremel, tuyaux et petit matériel pour la pompe à vide. Et surtout, un bon milliard d'heures déjà consacrées. Tout cela pour arriver (si tout va bien) à une coque et un pont assemblés, une dérive et un safran. Ce que l'on peut trouver dans le commerce avec une finition et pour un modèle éprouvé pour environ 500-1000 euros.

Donc, non, l'entreprise lesnicolas & Cie n'est pas rentable ! Mais rien ne les arrêtera !

:lol:

--Message edité par lesnicolas le 2010-01-03 14:38:40--

eric 110

Messages postés : 2670

A bon chat bon rat

Posté le 03/01/2010 19:44:05

Très bonne analyse et... très beau travail, bravo

Eric de Ligondès

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 16/01/2010 22:33:41

Les guirlandes sont retournées au grenier. Nous aussi (c'est là que se trouve notre atelier).

La remarque de Golem concernant le profil de notre dérive nous a lancé dans la quête du Graal: à quoi doit ressembler un profil idéal? J'ai posé la question sur ce forum, pas UNE réponse. Sans intérêt? Bantock, dans son article publié dans Seahorse, insiste sur le rôle joué par ces fameux profils sur la performance du bateau.

'> http://www.onemetre.net/OtherTopics/IOMcomparisons/SeahorseArticle.pdf

Pourquoi Bantock s'est-il adjoint les services d'un spécialiste d'hydrodynamique (David Hollom)? Pourquoi ces profils sont-ils gardés essentiellement secrets? Deux semaines à creuser le sujet, et quelques idées intéressantes qui ont germé. C'est décidé, on va en refaire une de-la-mort-qui-tue, exit le NACA approximatif.

B)

Retour sur terre ! Le moule de coque a été poncé au 400 à l'eau (plus une goutte de savon vaisselle). Puis, cirage à la cire liquide. Jusqu'à ce que l'on se voit dedans !

4278729819_9bffb86806.jpg

Deux couches de fibres de verre 200 g/m2 sont préparées, chacune sous forme de 6 panneaux destinés à se chevaucher. Pesée du tissue: 311 gr. Préparation d'une quantité équivalente de résine époxy. Aïe ! A la pose pipi, un coup d'oeil sur le web. L'ensemble coque + pont de l'Italiko fait 623 g (fitting compris; pas sûr si cela comprend la peinture). La coque toute nue de notre EMO s'annonce déjà à 622 g !!!

:unsure:

On verra ! Fin du pipi. Les tissus sont posés. On minimise les zones de chevauchement, recoupe le tissu excédentaire, "tire" un peu sur la résine.

4278731209_10f7d4bc40.jpg

Pour compléter la cure d'amaigrissement, on te fout le tout sous vide. Comme précédemment: papier microperforé, deux couches de tissu absorbant, le tout en sandwich entre deux couches de polyane soudées au silicone. Et un coup de pompe ! Après 6h, le montage est débranché du vide et transféré sur le radiateur du salon mis à fond les ballons. Cela s'appelle du post-curing. Cela s'appelle aussi une épouse moyennement contente.

:angry:

A demain, sur la balance !

4278734761_c199b65c49.jpg

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 17/01/2010 15:37:57

Comme promis....

Démoulage sans histoire et ébarbage grossier. La coque est nickel. Juste un petit pli du tissu sans conséquence. Une petite zone mal imprégnée (cela nous apprendra à "tirer" sur la résine) en attente d'un petit coup de résine. Et le papier microperforé qui s'est littéralement soudé à la coque, ce qui nous vaut une belle décal intérieure "Baguette Stokbrood Weissbrot nach franzosischer art"! :(

Sur la balance, 317 g. Pour une fois qu'un régime fonctionne ! On suppose que l'on est dans le bon. Lesnicolas sont contents. D'un autre coté, cela veut dire que l'on a gaspillé de tissu et de résine !

La coque est pas mal rigide. Les zones où les panneaux se superposent doivent surement rigidifier l'ensemble. Tout cela, c'est pour les bonnes nouvelles.

4281798950_13875e92a0.jpg

Mauvaise nouvelle maintenant. En repositionnant la coque sur le mannequin en bois, on se rend compte que la coque a "rétréci" par rapport à l'original! Après enquête, c'est le moule qui "a rétréci", pas la coque moulée. :huh:

4281057487_ae27dd0541.jpg

Une lecture studieuse nous apprend que le polyester, surtout si épais, peut se rétracter jusqu'à 7% de son volume. Phénomène à peu près inexistant avec l'époxy (<2%). Ok, le moule s'est rétracté. Les autres, ils font comment? Construire un moule en époxy augmenterait encore plus le prix de ce genre d'entreprise. Alors quoi?

Notre Emo est déjà considéré comme un peu bas sur patte...sur l'eau (voir posts précédents). On n'avait pas besoin de cela en plus! On va donc cogiter à un pont qui rectifiera heureusement tout cela.

Vous avez été des milliers à demander d'où venaient ces données concernant l'Italiko. Voilà, un détail du poids des différents éléments d'un IOM: http://www.rcgroups.com/forums/showthread.php?t=1155891&page=19

Nous avons aussi reçu beaucoup d'appels au sujet du postcuring de la résine époxy. Voici un lien qui explique tout: http://www.rcsailing.net/forum1/showthread.php?5519-Post-curing-of-epoxy&daysprune=100

Fin des transmissions.

--Message edité par lesnicolas le 2010-01-17 17:18:10--

OlivierFRA100

Modérateur

Messages postés : 3964

de Nantes RLVM Sans Korrigan,

tu peux être devant !

Posté le 17/01/2010 20:35:21

Beau travail !

Fittings = accastillage

Olivier

Asso ligue des Pays de la Loire (07)

Délégué VRC ligue 7

CRO PIKANTO

JCL

Messages postés : 560

Posté le 18/01/2010 10:08:45

En ce qui concerne la post-cuisson, il est exact que cela améliore les caractéristiques du composite, tant en époxy qu'en polyester mais il ne faut pas faire n'importe quoi et le plus efficace consiste à se procurer les fiches techniques et à suivre les recommendations du fabriquant de la résine.

mikl

Messages postés : 19

Posté le 19/01/2010 12:35:20

Je voulai juste revenir sur le fait que vous avez du mal a retirer le micro perforé. Avez vous mis du tissu d'arrachage avant ?

Pour ce qui est de la quantité de résine, vu que vous faites du vide derriére, la quantité importe moins, le risque au pire serai de trop gaver le tissu drainant et auquels cas pas de circulation d'air ni de séchage du tissu. Mais avant d'en arriver il faut vraiment etre pas doué, ce qui n'est pas le ici

@+

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 02/02/2010 22:11:48

Une pointe de safran....

C'est sûr, le profil de la dérive et du safran peuvent faire une énorme différence sur les performances du bateau! C'est Bantock qui le dit ! Après beaucoup de temps passé à surfer le web, à lire les oeuvres complètes de Monsieur et Madame NACA et à s'user les méninges sur XFLR5 (software gratuit), on a trouvé un profil qui offre moins de "drag" et plus de "lift" que le banal NACA0006. Mais comme personne n'avait manifesté d'intérêt pour le sujet....

:angry:

4326178924_e099300fec.jpg

Le problème c'est qu'il est difficile d'être précis lorsque que l'on doit se limiter à du balsa et à une cale de ponçage, sans accès à une machine à commande numérique. Qu'à cela ne tienne, rien n'arrêtera lesnicolas! Notre safran a été dessiné dans Rhino, avec notre joli profil secret. Pour les dimensions, on a bêtement repris celles du safran de Sailsetc (ref 360c). Puis, on a "découpé" notre safran en tranches de 0.1 mm d'épaisseur (l'épaisseur d'une feuille A4 standard).

4326135112_6f6a48952f.jpg

Les "tranches" ont été imprimées (2 x 22), découpées et collées à la colle en spray. L'astuce réside dans la précision et la propreté de l'opération.

4326132714_1ae395d343.jpg

Nos deux demi-safrans de papiers ont été résinés à l'époxy, puis mis sous vide de façon à avoir un assemblage parfaitement plan.

4325397193_d4e9c25b05.jpg

Le résultat n'est pas trop mal. A priori, précis au dixième de mm! La plaisanterie ne s'arrête pas là.

4326134934_6fa4a54f80.jpg

Les deux demi-safrans de papier sont cirés puis utilisés comme mannequin de moule. Du joli gelcoat bleu et trois couches de mat plus tard, nous voilà avec notre moule. Une couche de carbone 200 g/m2, une bande supplémentaire sur le bord de fuite, résine époxy, microperforé, tissu absorbant, le tout fixé sur une planche de travail, le vide et zou ! Voir les chapitres précédents pour plus de détails.

4325401169_0afccdee2e.jpg

Démoulage. Nickel ! Les deux demi-safrans sont collés à l'époxy. Un morceau de tissu carbone a été préalablement ajouté "à l'intérieur" au niveau du bord d'attaque (maintenu en place à la cyano).

4326140296_2b67832cb9.jpg

On remplira à l'époxy additionné de microballon. Avec un volume calculé de 17 cm3, on devrait s'en sortir avec un safran poids plume. Par contre, impossible de trouver une tige inox de 3/4 mm de diamètre dans le Brico du coin. Travaux suspendus le temps de trouver la précieuse tige. Help ! Votre avis, cela vaut-il la peine d'investir dans une tige titane. A 25 euros les 50 cm (sans les frais de transport), cela fait réfléchir, mais au point où on en est....

Tout cela donne envie de recommencer la dérive. D'en faire une dont le profil plaira même à Golem !

:lol:

Il est clair que l'on traine en route, que l'on prend plein de détours, que l'on fait compliqué là où on pourrait faire plus simple...d'un autre côté, on apprend beaucoup. Et on se rend compte du prix tout à fait justifié du matériel vendu par les pros !

A plus.

Rawouete

Messages postés : 158

http://www.avaaz.org/fr/

Posté le 03/02/2010 07:03:11

Joli travail !

Un certain PG vends des tiges inox de 4 je crois, mieux est le titane, plus résistant, plus léger et plus copain avec l'époxy et le carbonne :

http://www.weber-france.com/2008/Accueil/weber-metaux.htm

juste plus réticent à l'usinage

Philippe GOURHAND - FRA 95

AVRV (Amicale Voile Radiocommandée Vannes)

C.N.P (Club Nautique Ploermelais)

Site perso

JCL

Messages postés : 560

Posté le 03/02/2010 10:16:51

Pour l'inox pas cher, tu peux demander à un artisan une baguette de soudure, inox bien entendu.

eric 110

Messages postés : 2670

A bon chat bon rat

Posté le 03/02/2010 12:34:37

Bien vu, fallait oser faire un mannequin en papier.

Eric de Ligondès

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lesnicolas

eric 110

Messages postés : 2670

A bon chat bon rat

Posté le 03/02/2010 12:36:40

Citation :

Rawouete a dit :

Joli travail

juste plus réticent à l'usinage

Et plus cassant à la torsion

Eric de Ligondès

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 07/02/2010 16:45:45

Une tige plus tard....

A l'aide d'une seringue, l'intérieur du safran a été rempli de résine epoxy additionnée de microballon. Une tige inox de 3 mm de diamètre a été mise en place selon les données du plan (tige recourbée à son extrémité pour l'empécher de se désolidariser de la masse). Lors du sèchage, de la résine a "transpiré" au travers du carbone. Yeurk ! La prochaine fois, on résinera l'extérieur avant de remplir. On pense ainsi boucher les petits pores.

Ebarbage, ponçage, mise aux dimensions du plan et voilà! 33 gr sur la balance. Soit le même poids que les safrans du commerce (Radiosailingshop, RCSegeln, Azetone, etc..).

Le profil nous semble assez précis. Profil de 6.5% soit 4.5 mm d'épaisseur max. En théorie des performances supérieures au classique NACA 6%, surtout moins de trainée aux angles élevés.

On va peut-être le laisser avec une finition "carbone" tant on le trouve beau...

4337042231_4a517e17e1.jpg

4337787480_93002d3b69.jpg

:P

--Message edité par lesnicolas le 2010-02-07 21:22:19--

caiman

Messages postés : 315

caiman

Posté le 07/02/2010 21:36:08

Quand vas tu lancer les travaux à la chaîne?

Pierre

BEL 43

golem13

Messages postés : 71

Posté le 08/02/2010 16:09:08

Fabuleux cela valais bien une petite mise au point du profil.....

une question technique !!

Quel raccord utilisez vous entre la poche a vide et le tuyau ?

lesnicolas

Messages postés : 26

Posté le 08/02/2010 21:33:45

Merci pour les encouragements !

Pour les raccords, rien de plus simple ! Un connecteur plastique pour tuyaux d'aquarium (6 mm diam.) coupé en son centre. Chaque moitié collée à la cyano sur une rondelle métallique. Le tout préalablement dépoli au gros grain pour faciliter l'accroche. Le seul truc vraiment pas cher dans toute cette aventure !

4340965213_d4df0d54a3.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lesnicolas

Avec le fiston sur le pont !

La coque de l'Emo a été réencodée dans Delftship, software facile d'utilisation permettant de gérer coque, pont, safran et dérive. On y a ajouté un deck, assez proche de celui du Korrigan ou du Noux. Puis un pont avant. Frank Russell a récemment updaté son plan de l'EMO, rehaussant la pointe avant du bateau (voir posts précédents). On a donc aménagé le pont avant de façon à coller à cette modif' de dernière minute. Le fichier a été ensuite exporté vers Rhino.

4375972022_c1ee32a87d.jpg

C'est dans Rhino que l'on a préparé les couples. Ci-dessous ceux du pont arrière.

4375222383_41bf0f8d01.jpg

Le mannequin de coque en bois a été positionné dans le moule. Les anciens couples en ctp du pont arrière ont été tronçonnés à la Dremel et remplacés par les nouveaux. Un peu tordu à expliquer en mots, plus facile en photos !

4376469000_2e6406a86c.jpg

4376493090_fdd917fb0f.jpg

S'en suit le lattage (latte de balsa de 7 mm de largeur). Et voilà le résultat final. Restera à poncer, enduire, poncer, enduire, poncer, enduire,... On vise de nouveau le passage par un moule.

4375223789_d81b44ecb7.jpg

On a passé commande des voiles/mats chez HouseMartinSails (jeux 1 et 2). Le fils a établi une liste finale de petit mato (à commander prochainement chez Sailsetc ou du genre). On se tâte toujours pour le lest ("in-house" ou la facilité ?). Par "précaution", on s'est procuré les plans du Reggae chez Bg Sails Design. Question d'avoir un plan B si L'Emo n'est pas à la hauteur.

Enfin, on poursuit notre auto-apprentissage de la technique carbone. Un deuxième safran est sur l'établi, avec quelques améliorations qui devraient se traduire par plus de précision, plus de finesse (4 mm), une meilleure finition, mais toujours notre profil mystère !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...
Invité Lesnicolas

Ainsi pont-pont-pont...

Pas moins de 4 cycles enduit-peinture-ponçage pour arriver à un résultat qui ne me satisfait que moyennement. On a ménagé un petit "renfoncement" dans le panneau qui recevra la cale d'étambrai. Pas sûr que cela sera nécessaire mais ce panneau vertical nous semble très proche du mat, peut-être trop proche que pour accueillir cette fameuse cale. A suivre.

4424982183_98078592df.jpg

Gel-coating puis trois couche de mat 300 g/m2. Avions prévu 4 couches, mais sommes tombés à sec de résine. Il n'y a pas que le fumet du polyester qui me donne le tournis, cela ne fera que la quatrième visite au magasin résine & compagnie!!! Cela nous apprendra à faire des moules de tout ce qui bouge et de tout recommencer dix fois. Je crois que la lassitude commence à nous guetter et que le porte-feuille commence à faire mal à papa Nicolas.

Pour ceux qui suivent, le moule de coque avait rétréci. On va se rattraper en faisant un pont muni de bord verticaux qui rehausseront l'ensemble. Cela promet des difficultés au démoulage et des complications pour le collage à la coque. La rédemption dans la souffrance !

4425749830_4eb900f705.jpg

Le démoulage a tenu ses promesses, plein de difficultés! Le mannequin de bois a pas mal souffert dans l'opération. Sans conséquence pour la suite des opérations, mais on avait fini par s'y attacher et le voir dans cet état nous rend triste. Le moule est ok, brut de décoffrage ci-dessous. Il nécessitera un peu de cosmétique.

4425750548_70aa7a0c33.jpg

Au rayon People: Un certain Ben Durie vient de sortir le premier EMO. Avec quelques problèmes de centre de gravité semble-t-il. Le concepteur de l'EMO, F. Russell, aime notre deck et a demandé une copie de nos fichiers électroniques. Voilà qui est fait. Les mats viennent d'arriver de chez HouseMartin. Yaouww, ça c'est du rapide. Cela aurait été mieux avec les voiles et tout le toutim qui va avec....cela suit sans doute.

Ohé du navire, doit-on mettre quelquechose de spécial pour éviter que le pied du mat vienne percer la coque ? Une protection au fond du puit de mat ?

Etant donné les incertitudes sur le bateau, est-il préférable de ménager un puit de mat qui permette différentes positions. Genre les Mastfuß-machin de chez RC-jachtwerft

Prochaines étapes latter le pont avant, pondre une dérive en papier (toujours pour ceux qui suivent !), trouver du sergé à 160 g/m2 (pour le pont, 2x 200 g/m2 me semble superflu), finaliser le deuxième safran et prendre soin du troisième qui est toujours en couveuse.......allez, encore deux cent fois dormir et on y sera !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut les Nicolas

Merci de continuer votre reportage, pas facile sur la durée

Pour le pied de mat, il vaut mieux vous réserver une petite plage de réglage longitudinal et de quête, il y a toujours des ajustements à faire en plus de l'incertitude du proto, en fonction du creux des voiles, de vos réglages propres, de votre façon de naviguer, etc ...

La tenue du pied de mat est primordiale, sans parler du poinçonnage du mat (la compression du mat est importante, il ne faut pas négliger la solidité de l'embase), la rigidité de l'ensemble puits de dérive, pied de mat, cadènes, et de l'ensemble de la coque longitudinalement permet seule d'avoir un gréement raide = étai raide, mat qui déverse moins, GV plus facile à régler et contrôler, meilleur passage dans le clapot, accélérations plus franches, etc ... Il ne faut pas hésiter à mettre des tirants vers les cadènes pour reprendre les efforts, la coque ne doit rien concéder au gréement en souplesse.

Bon courage pour la suite

Raw

Philippe GOURHAND

Site perso

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui je regardais les photos sur l'eau

Ca à l'air de bien marcher,

Pour le CG, l'ajustement vers l'arrière parait minime, vous pouvez "tremper" légèrement le tableau, mais pas trop (1 ou 2 mm à l'arrêt), il est normal que l'avant plonge un peu au vent arrière, surtout dans la phase d'accélération, et comme le franc bord avant du plan première version est très réduit, cela parait impressionnant. Reste à savoir combien pèse le bateau et s'il n'y avait pas d'eau dedans ...

Philippe GOURHAND

Site perso

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lesnicolas

Où il est question de Cosmétique de Moule.

91 km aller, 91 km retour pour trouver du 160 g/m2! Il faudra faire le bilan carbone de cette construction. :angry:

Le moule de pont a été retouché. Du gelcoat a été ajouté dans les creux. Après sèchage, ponçage facile avec finition au 400 à l'eau. Cire liquide. Deux couches de verre 160 g/m2 mouillé à l'époxy. Une couche de tissu d'arrachage (suivant les conseils de Mikl, merci à lui!). Microperforé puis absorbant de hotte de cuisine. Le tout entre deux feuilles de bâche plastique soudées au joint de silicone. Mise sous vide. Suite au prochain épisode.

4437832891_5d05ec50d8.jpg

4438610326_156786ac7b.jpg

4437836089_a3fe340eb3.jpg

Le troisième safran est sorti du moule. Profil plus classique pour celui-ci. On perfectionne la technique:

- le moule est ciré puis on y applique de la résine époxy au pinceau. En insistant dans les "recoins" et angles divers;

- ajout d'une couche de carbone puis d'une couche de verre, toutes les deux en 200 g/m2. L'ajout de la couche supplémentaire de tissu de verre va rigidifier encore plus le moulage. On facilite ainsi la suite des opérations où l'on ne craindra plus le vrillage ou quelques déformation.

- mise sous vide "modéré". Le vide amène le tissu à adhérer aux formes du moule. Le "modéré", c'est pour ne pas "sècher" de trop le carbone et laisser suffisamment d'époxy en surface que pour assurer un fini nickel. L'ensemble est fixé au serre-joint à une planche pour rester bien plan pendant le sèchage.

Les demi safrans sont collés à la cyano. Il ne reste qu'à remplir l'intérieur d'époxy additioné de microballon.

Le fini est super, à peine besoin d'un coup léger de papier à l'eau.

:rolleyes:

En haut sur la photo, le deuxième safran qui avait exigé une couche d'époxy/microballon de finition, d'où l'aspect blanchâtre. Par contre, il avait bénéficié de la couche supplémentaire de tissu de verre, donc raide de chez raide.

4438605980_196d023a39.jpg

Comparaison avec le safran en balsa que nous avions préparé au début. No comment.

4438607682_ec2117a7ca.jpg

Le restant du matériel HouseMartin est arrivé! Pil dans les temps, emballage et instructions super.

Du petit mato a été commandé chez PG et Sailsetc. Il a fallu des plombes pour établir cette foutue liste, difficile pour les non-initiés comme nous! On vous la refile dans le prochain post. :unsure:

On pense à équiper avec un ensemble RMG280 E/F. Aïe le porte-feuille! Recommandation moins couteuse? :(

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membre Association 2021
olivierFRA100

On pense à équiper avec un ensemble RMG280 E/F. Aïe le porte-feuille! Recommandation moins couteuse? :(

Treuil chinois Eurgle quelque chose (google est ton ami) ou treuil à bras hitec 5745MG par ex (Il y en a à vendre sur le forum) Ca prend plus de place dans le bateau, c'est très rapide mais c'est plus pointu à installer pour bien fonctionner.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lesnicolas

Merci pour les réponse. Tu parles d'une différence de prix!

Hitec5745MG 98,-

Eurgle 22 31,-

RMG 280 176,-

Regatta 135,-

J'ai vu pas mal de complaintes à propos de l'Eurgle:

http://www.magazine-mrb.com/component/option,com_fireboard/Itemid,49/id,13946/catid,8/func,fb_pdf/

http://www.rcgroups.com/forums/showthread.php?t=1200222

Je suppose que l'Hitec de par le bras doit être mis sous le pont. Juste ?

En final, sur les bateaux compétitifs, qu'est ce que vous recommandez ?

lesnicolas

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membre Association 2021
olivierFRA100

On trouve l'hitec pour beaucoup moins...regarde sur ebay ou en angleterre...j'en ai un à vendre aussi.

Sur les bateaux compétitifs à ma connaissance il y a principalement du RMG, et quelques uns (dont moi) ont de l'Hitec, d'autres du regatta.

Pour le treuil à bras, oui en général sous le pont avant, il y a une autre solution avec la poulie excentrée Sails etc qui prend moins de place.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membre Association 2021

moi j 'en ai 2 et pour le treuil chinois comme pour le hitec il lui faut du 7.4 v sinon pas de puissance , je ne sais pas pour les autres radio mais avec la SPEKTRUM le récepteur acceptant jusqu'a 9 v je n 'ai rien à redire meme dans le baston il a suivit .

Le KORRIGAN c 'est flippant .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je suis tres satisfait du treuil chinois avec lipo 7,2 V 1300 Ma 56g (chinoise) et tambour hélicoîdal RMG (légèreté,puissance et rapidité, un peu bruyant) J'alimente le récepteur 2,4 ghz Corona 3 voies(chinois) et le servo de barre numérique 8 Kg(chinois) à travers un bec externe 3A(chinois).J'ai monté à l'entrée du treuil un disjoncteur électronique 4A, (français, acheté par un copain,j'ai oublié l'appellation exacte de ce produit mais c'est minuscule, qq mm)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membre Association 2021
olivierFRA100

moi j 'en ai 2 et pour le treuil chinois comme pour le hitec il lui faut du 7.4 v sinon pas de puissance , je ne sais pas pour les autres radio mais avec la SPEKTRUM le récepteur acceptant jusqu'a 9 v je n 'ai rien à redire meme dans le baston il a suivit .

Je ne sais pas pour le chinois mais le Hitec 5745 n'est pas fait pour supporter du 7,4 V

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membre Association 2021

Quand il fonctionne sur une SPEKTRUM alimenté par des LiPo 7.2 v il prends 7.2 v en sortie du récepteur .

les tensions de test du chinois sont de 6 et 7.2 v et le HITEC 4.8 et 6 v effectivement .

Le KORRIGAN c 'est flippant .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Eric 10

Quand il fonctionne sur une SPEKTRUM alimenté par des LiPo 7.2 v il prends 7.2 v en sortie du récepteur .

les tensions de test du chinois sont de 6 et 7.2 v et le HITEC 4.8 et 6 v effectivement .

Le RMG prend du 7,4 sans problème (et pendant longtemps)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

N'oublions pas qu'une lipo 7,2v (2 éléments) chargée est à 8,4 volts,c'est prévu pour le treuil chinois mais ça peut être beaucoup pour un récepteur non prévu pour ça.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Eric 10

N'oublions pas qu'une lipo 7,2v (2 éléments) chargée est à 8,4 volts,c'est prévu pour le treuil chinois mais ça peut être beaucoup pour un récepteur non prévu pour ça.

Sans problème, avec du Futaba et du RMG

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Eric 10

Si je ne fais pas erreur , je crois que le RMG tombe la tension pour alimenter le récepteur !!!!!!!!!!!

Ben ouais, il intègre un système BEC mais lui il reçoit quand même du 7,4 voire du 8 et qlq

le régata a un système BEC mais il ne supporte pas plus de 7,2 (et encore, pas trop longtemps)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membre Association 2021
le régata a un système BEC mais il ne supporte pas plus de 7,2 (et encore, pas trop longtemps)

J 'ai longtemps navigué avec des REGATA , Daniel aussi et on alimente en LiPo 7.2 V , donc !! le RMG comme le REGATA abaisse la tension pour le récepteur ./

Le KORRIGAN c 'est flippant .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Créer...