Jump to content

YC de Gruissan 5A - 03 février 2019


positif34

Recommended Posts

Bonjour,

Rendez-vous le 03 février, pour la 4ieme étape du championnat d'Occitanie  qui sera organisé au YC de Gruissan ( 11 ).

Les régates se déroulent devant la capitainerie du port de Gruissan.

Début des régates à 10h30 et dernières courses 16h30.

Merci de vous inscrire sur le forum en indiquant votre nom et prénom avec votre numéro de voile utilisé pour la régate.

En espérant que Eole soit présent, mais pas trop non plus car la tramontane à Gruissan...?

Laurent 

 

Avis de course consultable sur le site de la ligue de voile Occitanie.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour.

Je souhaite m'inscrire à votre régate.

Christian ROUSSELY

FRA 122 

Licence 0453582G

CN Cap d'Agde

A bientôt, cordialement, Christian.

Link to comment
Share on other sites

  • Membre Association 2022

Bonjour à tous,

J'espère que je pourrai participer à cette belle étape du championnat de ligue Occitanie.

Gilles

Link to comment
Share on other sites

Liste des inscrits au 25 janvier 2019:

Christian ROUSSELY FRA 122 

André Dunac FRA 187

LE DUC Gabriel FRA 08 

Didier villanueva FRA49

Ramon Soler ESP 27

Franck DELERY FRA 51

Eduard Bonifacio ESP 41

Gérard ROTTEE FRA 11

Laurent Bourriquel 95

Gilles Dadou FRA 19 ( on espère !) 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Au vu des conditions annoncées avec une forte tramontane ( surtout à Gruissan !!!), on prendra une décision de maintenir ou pas la régate avec les dernières prévisions. Pour l'instant tenez vous prêt avec du matériel au point pour faire une régate ventée !

Prochaine info, samedi.

 

 

12 inscrits au 31 janvier 2019:

Christian ROUSSELY FRA 122 

André Dunac FRA 187

LE DUC Gabriel FRA 08 

Didier villanueva FRA49

Ramon Soler ESP 27

Franck DELERY FRA 51

Eduard Bonifacio ESP 41

Gérard ROTTEE FRA 11

Laurent Bourriquel 95

Emilio Gonzalez ESP 225

FRA 124 présent

Olivier buret Fra 77

Gilles Dadou FRA 19 ( Annuler, pour info sa maman est décédé en début de semaine) 

 

 

 

vent.jpg

Link to comment
Share on other sites

présent dimanche si la météo nous permets - pour nous retraités le vent et la température de mercredi peut mieux convenir?

 

FRA59/GBR1  - licence 0545069F

 

Mes condoléances Gilles.

Link to comment
Share on other sites

Et oui ça souffle chez nos voisins les « têtes plates »  !

Chez les héraultais on surnomme nos voisin audois de « tête plates ». Certains prétendent que c'est à cause du vent, d'autres font référence à l'attitude de nos « ennemis héréditaires sur le pré » lors du derby Béziers/Narbonne (voyez ce que je veux dire !). Si vous voulez en savoir plus sur les « têtes plates » lisez la suite (ref. contes et légendes de nos cantons) :   

                               

      Dans ce pays, à quelques pas de chez nous, au 19ième siècle, les hivers, périodes de froid, de pluie et de neige, les hommes étaient léthargiques et aussi inactifs que des marmottes. Tous les soirs, dans les villages, les Audois se rassemblaient autour de la forge du maréchal-ferrant. Ils auraient pu à la morte saison fabriquer des pipes comme dans le Jura, des sandales en corde comme dans les Basses Pyrénées ou des gants comme à Millau. Non ! Ils taillaient des petites bavettes chez le charron. Les femmes de ce pays, ont tout essayé pour que leurs hommes s’occupent utilement pendant une période donnée. Elles essayèrent de les initier au travail du bois, du buis, de l’alimentation. Rien ne les captivait et ils continuaient à faire la cour au charron. Pourtant c’est de là que naquit dans l’Aude, il faut enfin le dire, le travail du cloutier vers 1830.

              De la Toussaint au printemps, les familles faisaient des ‘’boutiques à clous’’ dans la vallée de la Barguillère. Ainsi 16 ateliers produisaient 1600 quintaux de clous par saison. En 1840, 275 ouvriers travaillaient dans 60 ateliers. Leur production était entreposée dans le Magasin général des fers et clous à Foix.

              Le travail du cloutier était d’un faible rendement surtout que les journées étaient longues. Dès quatre heures, l’artisan se rend à l’atelier. Le premier arrivé allume le feu de la forge et active l’arrivée de l’air. En effet, le soufflet de la forge était actionné par une roue à aubes plongeant dans un ruisseau voisin ou parfois par un chien qui trottinait dans une grande roue à gouttières. Bientôt par tous les chemins arrivent dans la nuit noire, les hommes que les femmes ont vite fait de virer de leur lit pour commencer un dur labeur. Adieu la belle vie ! Ils échangent leurs sabots qu’ils avaient fabriqués eux-mêmes contre des sandales, ôtent leur veste et passent leur tablier de cuir. Leur premier travail est de préparer leur brûlot à la lueur des braises rougissantes du foyer. Bientôt, dans les villages, on n’entendra plus les cloches mais les résonances que font les marteaux sur les enclumes. A huit heures, les tiges de métal sont retirées du foyer. Chaque ouvrier vient prendre sa tige rougie, la tape pour faire tomber les scories et commence la confection de clous en aplatissant la tête de la tige et en appointant l’extrémité.

           La tête plate du clou : C’est le qualificatif que se donnent les gens de l’Aude. ‘’ Les Têtes plates’’. C’est de là que vient son origine.

Link to comment
Share on other sites

Je crois hélas que c'est une sage décision. Dommage que l'on ne puisse la faire une autre fois! Au plaisir de venir un jour, cordialement, Christian FRA122

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...