Aller au contenu
PGM 88

TRICASTIN CUP IOM 2011 Grade 3

Recommended Posts

joseph

tu n 'es pas le seul à aimer ce type de parcours car il privilégie la vitesse à la tactique et au pilotage du bateau , ce type de parcours est utilisé pour les catas et autres bateau de vitesse difficile à manipuler pour les virements .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
olivierFRA100

En quoi 2 bords de largue à la queue leu leu favorisent la tactique ?

Tout comme Alexis et la quasi unanimité des coureurs je préfère banane et porte.

Mais ce n'est pas la question ici.

Par contre y a t'il un intérêt à garder une pré bouée au vent comme a Pierrelatte? Jusqu'ici personne n'est pour.

D' autres avis ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
joseph

Je pensais aussi que l 'on pouvait discuter d' un parcours :huh::huh::angry::angry::huh::angry::mellow: mais comme ce n 'est pas le sujet

Ah , zut le sujet c 'est la TRICASTIN CUP , c 'est vrai .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AlexisFRA73

On peut en discuter, ce n'est pas ce que l'on fait la d'ailleurs????

Je crois qu'aujourd'hui, les triangles sont surtout utilisés en dériveurs ou catas, quand il y a baston, pour concentrer les empannages, et donc renforcé la sécurité a ce point stratégique.

La "pré-bouée" de prés n'a pas été dérangeante pour moi à Pierrelatte, car l'utilisation de celle-ci sur ce plan d'eau n'a pas diminué le bord de prés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
joseph

Tout à fait Alexis , quand Stéphane a posé son parcours d' abord avec 2 bouées puis 3 , nous avons tous discuté en évaluant les problèmes que pouvaient engendrer ce système , dans ce cas donné , mais même si ce sytème n'a pas plu à tous nous avons continué à courir , est-ce que d 'autres arbitres le feront !!!!! si cela ne plais pas à une majorité , j 'espère que cette majorité ira voir courtoisement le CC pour lui faire savoir que personne n 'ira courir .

maintenant écrire

2 bords de largue à la queue

c 'est ce que nous faisons avec le dog leg avec ce bord très court ou des engagements peuvent se créer et se défaire avec les problèmes liés , la différence avec le triangle est que l 'on peut louvoyer pour essayer de mieux capter un vent toubillonnant , en jouant sur l 'ouverture des voiles et le cap à tenir , péréniser les engagements et mieux les respecter .

Le dog leg a tendance à se généraliser dans certains club ou il y a un manque de bénévoles aux bouées , et effectivement le triangle et surtout le trapèze sont pour la VL un bon moyen de faire courir plusieurs séries en diversifiant les parcours pour chaque type de bateaux .

J 'en revient au dog leg , lorsque j 'ai arbiter certaines régates de catas j 'aidemandé àux coureurs quel était l 'intéret de ce type de parcours , leur réponse à été , moins de virement au VA ou au largue et surtout une pointe de vitesse sur de grands bords .

Maintenant le parcours est l 'apanage du CC , si certains ne veulent courir qu 'en dog leg c 'est leur affaire , personnellement mon bateau va bien au VA ( c 'est moi qui suit pas ) .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Patrice fra38

Olivier pour la pré-bouée au vent, perso je n'était pas ok parce que l'on avait tjs le problème des croisements montants descendants, mais quand il a rajouté la troisième bouée qui ressemblait fortement à une bouée de dégagement, là ça a changé. En fait la pré bouée empêchait les arrivés babord avec virement dans le tas tribord et les PB que ça pose tjs. Ensuite avec la pseudo bouée de dégagement on a eu le même effet que d'hab, pas de croisement, donc tout bon :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Bonjour,

J'ai lu avec attention toutes vos remarques et j'en prends note.

Pour la près bouée au vent, l’intérêt était de réduire les bâbords dans les 4 longueurs et pousser la tactique des coureurs sur une arrivé tribord. Cela a été significatif et j'en suis très satisfait. Bien sur, si tous les coureurs appliquaient les règles il n'y aurait pas besoin de tous ces artifices et les régates seraient équitables. Les mentalités changent doucement et j’espère un jour revenir à un triangle olympique.

A très Bientôt

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Patrice fra38

Ton idée était bonne, et j'espère que tu ne reviendras pas au triangle olympique, mais reste un long débat. En M par ex. avec le Scalpel il vaut mieux un triangle olympique surtout si il y a peu de vent tandis que les balestrons préféreront une parcours banane.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JCL

Dans ma jeunesse, le parcours olympique, c'était départ sous le vent, bord de pres, 2 bords de largue, bord de pres, vent arriere, bord de pres et arrivée au vent. Le 1er bord de pres permettait d'étaler les concurents.

Aujourd'hui, par simplification pour les comités de course et en VRC, on place la ligne de départ qui devient la ligne d'arrivée au milieu du parcours et de ce fait le 1er et 3ième bord de pres deviennent des demi bord de pres ce qui change complètement le tactique et crée le problème de la 1ere bouée au vent.

Il ne reste plus qu'a s'adapter, tous les coureurs sont égaux et ce sont encore les meilleurs qui gagnent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
olivierFRA100

Bonjour,

J'ai lu avec attention toutes vos remarques et j'en prends note.

Pour la près bouée au vent, l’intérêt était de réduire les bâbords dans les 4 longueurs et pousser la tactique des coureurs sur une arrivé tribord. Cela a été significatif et j'en suis très satisfait. Bien sur, si tous les coureurs appliquaient les règles il n'y aurait pas besoin de tous ces artifices et les régates seraient équitables. Les mentalités changent doucement et j’espère un jour revenir à un triangle olympique.

A très Bientôt

A Samedi donc ! ;-)

Si je comprends bien, ça fonctionne en réduisant le nombre de babord à la bouée au vent (il n'y a que ceux qui sont "au-dessus" de la pré bouée et "en dessous" de la vraie), et il y en a aussi moins de pbs à la pré bouée car ceux qui arrivent tribord ne passent pas forcément au ras de cette pré bouée.

Pour limiter la réduction du jeu tactique, attention à la mettre le plus proche possible de l'autre, par ex décalée de 5 longueurs à droite et 2/3 sous le vent... et pas plus.

Mais le mieux reste d'avoir un long bord de près si la zone de contrôle est adaptée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Eric 10

A Samedi donc ! ;-)

Si je comprends bien, ça fonctionne en réduisant le nombre de babord à la bouée au vent (il n'y a que ceux qui sont "au-dessus" de la pré bouée et "en dessous" de la vraie), et il y en a aussi moins de pbs à la pré bouée car ceux qui arrivent tribord ne passent pas forcément au ras de cette pré bouée.

Pour limiter la réduction du jeu tactique, attention à la mettre le plus proche possible de l'autre, par ex décalée de 5 longueurs à droite et 2/3 sous le vent... et pas plus.

Mais le mieux reste d'avoir un long bord de près si la zone de contrôle est adaptée.

En fait, il n'y avais pas de pré-bouée mais un dog-leg dans l'axe du vent plus bouée de dégagement, la marque N°1 était restée à la même place ce qui ne réduisait en rien le premier bord de près.

Moi, j'aime bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
woolfi

Réponse à FRA 38

Je soutiens mordicus, et rien ne pourra me convaincre du contraire que le parcours avec les portes et une absurdité, contre l'esprit de la régate et bien sur contre l'esprit du triangle olympique. Le largue est une allure qui pose de nombreux problèmes techniques ; dans le médium dans une moindre mesure, mais surtout dans le vent fort et/ou instable en force et en direction. Le pilotage, l’appréciation des trajectoires, la stabilité intrinsèque du bateau et donc sa capacité de maintenir sa vitesse en font une allure qui doit faire parti du déroulement d'une régate parce qu’elle appartient au bon équilibre d’un voilier. Et je sais que pas mal de bateaux en VRC sont en difficulté dans cet exercice ; Ceci explique cela !!

Mais surtout les portes introduisent une dose supplémentaire d’aléatoire car il n’en vas pas de même de gérer les bascules et les molles au près mais, avec le temps et l'expérience, on fait souvent la différence sur le sens de l'observation, ce qui implique de pouvoir laisser une certaine autonomie à un bateau bien réglé. Avec les portes, soit une porte est constamment favorable et l’autre ne sert à rien, soit le vent est instable alors on oblige à faire un parie, car et on ne peut que faire une prière d'avoir choisi la bonne, on n’a pas le temps de changer d’option au dernier moment, et ça c’est mon plus gros reproche ; Car selon moi tout les skippers doivent faire le même parcours pour être a égalité du premier au dernier et quelque soit le temps. Le vent arrière quel intérêt ?? un seul bord suffit pour favoriser ceux qui excellent à cette allure. Déjà que le IOM à une tendance maladive à l’enfournement sur les claques au vent arrière, défendre les portes dans cette classe vous êtes un peu masos !!

Le triangle olympique a une raison d’être.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Patrice fra38

tu sais ce qu'il te dit Fra 38 ?? ben que l'on en reparle autour d'un bon verre Jeudi :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
olivierFRA100

tu sais ce qu'il te dit Fra 38 ?? ben que l'on en reparle autour d'un bon verre Jeudi :D

:lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Tu lui diras aussi qu'aller passer une bouée de largue à l'opposé du plan d'eau est accidentogène...(cas du vent venant de la droite sur parcours bâbord)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fra19

Personnellement, j'ai toujours poussé pour ce type de parcours : dog leg et porte sous le vent car c'est de loin le plus tactique. Egalement celui qui occasionne le moins d'accrochages sur des flottes de plus en plus compactes.

Mais, il convient de faire des bords de prés suffisamment long pour étaler la flotte à la bouée au vent. Ce qui était le cas à Pierrellatte et il faut reconnaître une élévation globale du niveau des coureurs d'ou des arrivées au vent qui restent groupées.

Une des spécificités de la VRC reste la difficulté à appréhender les distances depuis la berge et cette impérieuse envie de passer coût que coût cette satanée première bouée au vent.

Je suggère donc d'inverser les parcours et de tracer des passages de bouées tribord et non bâbord.

Quel intérêt? L'échappatoire est au-dessus de la bouée pour les bâbordais : cela rallonge la route (donc ils restent derrière) mais il respectent les tribordais dans leur bon droit.

Chacun dans son coin et à samedi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
FRA 3759

Dans ma jeunesse, le parcours olympique, c'était départ sous le vent, bord de pres, 2 bords de largue, bord de pres, vent arriere, bord de pres et arrivée au vent.

A l'époque le parcours olympique (qui n'a pas changé) était cité de tester les bateaux at les équipiers sur toutes allures. Le résultat - des bateaux polyvalents gagnent en intersérie, quelque soit leur rating établi sur un tel parcours ?

Par préference (catas ou pavs par exemple) ou par force majeur (plan d'eau étroit par exemple) le parcours olympique n'est pas toujours pratiqué. En intersérie, donc la pertinence des ratings est mise en question.

Pour la VRC le parcours banane généralisé semble d'avoir créé une éspece de bateaux spéciallists de près/portant. Bantock parle d'avoir conçu des bateaux plus polyvalent pour les clubs qui utilisent des parcours avec bords de près moins précis. Visiblement les dessins de la génération précédente continuent de marcher bien dans tels clubs (Ikons et Italikos à égalité avec Topikos et Pikantos ?).

Le 1er bord de pres permettait d'étaler les concurents.

Aujourd'hui, par simplification pour les comités de course et en VRC, on place la ligne de départ qui devient la ligne d'arrivée au milieu du parcours et de ce fait le 1er et 3ième bord de pres deviennent des demi bord de pres ce qui change complètement le tactique et crée le problème de la 1ere bouée au vent.

Pour la VRC le départ doit être visible pour tout le monde. On pense d'une zone de pilotage restreinte et proche du départ, sauf à Fleetwood où tous doivent ramper le long du plan d'eau. Et hop - premier et dernier bord de près tronqués. Est-ce que l'arrivée peut être éloignée dans les règles ? Les arbitres doivent rester dans la zone de pilotage mais l'ordre d'arrivée peut être visé par le CC sur la ligne ?

Il ne reste plus qu'a s'adapter, tous les coureurs sont égaux et ce sont encore les meilleurs qui gagnent.

Quelqu'un à demandé à Graham Hill, l'ex champion Formule 1, pourquoi continue-t-il de courir avec une voiture qui n'est pas capable de gagner. Il a répondu que les derniers rangs ont de la classe ! Heureusement en VRC les gens sympathiques sont partout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Eric 10

Est-ce que l'arrivée peut être éloignée dans les règles ? Les arbitres doivent rester dans la zone de pilotage mais l'ordre d'arrivée peut être visé par le CC sur la ligne ?

Oui mais la (les)personne (s) chargée (s) de noter les arrivées ne doit en aucun cas s'occuper de fautes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×